Le suicide de Dieu

par Achour Wamara



Comme on ne sait pas au juste qui a créé le Créateur, on peut supposer qu'Il est le premier des premiers, plus âgé que l'Univers. Il doit donc être si grabataire qu'il a à coup sûr perdu la mémoire de la glaise. On aurait peut-être grand besoin d'un Dieu plus frais pour gérer les affaires d'ici-bas qui poussent au burn-out. Et surtout, selon mes conjectures, Dieu est certainement arrivé à saturation quant à ses déceptions à l'encontre de sa Créature. Pourtant, Il n'a pas manqué de s'adresser à elle par ses envoyés pour la redresser et la mettre sur le droit chemin. Peine perdue. Il ne rencontre que des vendeurs d'opium. Je me demande sérieusement si tout cela ne L'a pas rendu athée, voire nihiliste. Auquel cas, je lui pardonnerais cette écart. La miséricorde est réciproque. Ceux qui pensent un peu trop vite à mon goût diront qu'Il n'a qu'à raser la terre de l'Homme pour s'en débarrasser. Trop facile. Dieu, bon et méchant à la fois (il fait aussi du "en même temps !"), est plus patient qu'on ne le croit. Il attend que sa Créature s'autodétruise elle-même avec ses joujoux : atome, virus, glyphosate et cousins, et accessoirement des guerres contre les pauvres à n'en plus finir. Quand Il aura constaté la disparition totale des fils d'Adam, il pourra enfin se faire hara-kiri et se reposer en paix en flottant dans l'espace intersidéral. Après cela, plus de raison de pratiquer l'ascèse ici-bas pour avoir droit aux agapes de l'au-delà. Plus de commerce du Bien et du Mal. Que des créatures bizarroïdes qui auront muté génétiquement grâce aux graines néfastes que nous aurons laissées enfouies sous terre.
Imaginez la terre sans l'homo sapiens. Le paradis !
Vous comprendrez pourquoi, depuis quelques temps, je m'épuise à travailler à ma transformation en insecte à belle carcasse pour survivre à la mort de Dieu. Mes antennes auront poussé dans quelques jours, j'en suis aux pattes arrières qui peinent encore à bouger. Vous avez le bonjour de Samsa.

A. Wamara,
29 février 2020