Tirez sur le Soleil !

par A. Wamara
20 août 2021



Dès le début des incendies en Kabylie, des observateurs mieux avisés trouvaient que la simultanéité et la topographie des départs de feux sentaient le roussi, que la température élevée n'expliquait pas tout. La volonté manifeste des autorités à laisser faire en intervenant tardivement avec des moyens ridicules accréditait la thèse d'une entourloupe du pouvoir déjà fragilisé par son incompétence à gérer la crise sanitaire conjuguée au peu d'enthousiasme des Algériens à se rendre à la mascarade des urnes. Sans parler du désastre économique.
Mais, comme c'est de coutume dans ces cas en Algérie, plus particulièrement quand il s'agit d'un sujet portant sur la Kabylie, d'autres observateurs avaient pris, pour noyer le poisson, la posture de demi-savants en météo pour expliquer aux égarés que nous étions comment Dieu Râ (Soleil) a irradié nos champs et leurs malheureux sauveurs. Toute idée d'une cause criminelle était taxée de complotiste, joli mot qu'on sort du chapeau à chaque fois qu'un indigné, à tort ou à raison, crie au scandale. Ils se rendirent jusqu'en Grèce et en Californie (il manquait plus que Pompéï) pour nous prouver que les 72 foyers d'incendies étaient imputables aux fortes chaleurs, ce qui discréditait la thèse du MAK qui, le premier, a chargé les "services". Que vont-ils faire maintenant (d'ailleurs, où sont-ils passés ?) pour disculper Râ, maintenant que les "terroristes" MAK & Rachad sont désignés par le HCS ? Ces experts du rayon solaire ont-ils attrapé une insolation ?
On dira certainement que c'est une guerre de chiffonniers entre Goliah, le pouvoir, et David, le MAK, qui se crêpent le chignon sur la Kabylie agonisante (mais pas encore morte, et elle vous emmerde !).
On nous dira aussi que les départs de feux alignés comme des soldats en position de tir est une illusion d'optique, qu'il suffira d'aller à Honolulu pour leur trouver des flammes jumelles. Bien. C'est noté. Rien de nouveau sous le soleil.
Bien évidemment, le pouvoir, en serait-il responsable, c'est espérer un prout d'un cadavre que d'en attendre un aveu. Il n'est jamais coupable, pas même zigouillé en direct un fils de la Toussaint, voyons ! Pour lui, il y a toujours un ennemi coupable : tombé par terre ? C'est la faute à Voltaire. Le nez dans le ruisseau ? C'est la faute à Rousseau. Du Gavroche !
On peut au moins lui renvoyer à la figure sa formule favorite, "porter atteinte à l'intégrité du territoire". Car il vient d'être pris en flagrant délit d'abandon de toute une région qui s'est jadis saignée pour qu'il perche bedonnant aujourd'hui sur les hauteurs d'Alger.
Et le MAK ? Voilà le nœud. On ne sait pas par quel bout le prendre. Cependant, il ne faut donner aucun crédit aux balivernes du pouvoir sur Sion et MVI. Le premier écrase un peuple depuis plus de 72 ans, et les Kabyles n'ont pas perdu la mémoire du légionnaire. Le deuxième pegassisé emprisonne à tout va ses opposants, berbéristes compris. Du reste, quand bien même nous montreraient-ils le sigle amazigh tatoué sur leurs faux culs qu'ils n'obtiendraient pas un iota de compréhension chez notre jeunesse à qui on ne la fait pas. Plus. Plus jamais.