Les soeurs Sid

par A. Wamara
31 août 2021



Après Karima disparue précocement en 1999, voici ses deux autres sœurs, Kamira et Zina, qui se font enlever, c'est le mot, et par qui ? La police "nationale". Motifs ? Inutile d'en chercher. Elles ont sans doute crié trop fort l'amour de la langue lactée, avec des mots qui ne souffrent d'aucune compromission. Elles refusent l'aumône au compte-gouttes des puissants, la Zakat pour démunis culturels, elles ne revendiquent pas auprès d'eux l'amazighité, elles l'étreignent jalousement dans leurs foutas qui étranglent de rage les étrangleurs de Krim, qui embrouillent leur nationalisme à quatre sous, leurs discours cacas sur la fracture de Djurdjura, sur les flancs duquel je vois déjà sculpté en relief le visage de leur mère Nouara, la grande militante ouvreuse des manifs pour le retour de Kahina.
N'oubliez pas, n'oublions pas, ce sont des femmes, des femmes, des femmes, des femmes, redites-le, des femmes, des femmes... héritières de celles que j'ai connues bravant de leurs seules poitrines les paras.
Ne les oublions pas.