Et si on parlait du sexe des Anges ?

par A. Wamara
6 juin 2022



   "L'objectivation du rapport subjectif à l'objet fait partie des conditions de l'objectivité".

Attendez, ne partez pas, S.V.P, cette citation a l'air comme ça absconse, elle est d'une simplicité cristalline. Je l'ai empruntée à Pierre Bourdieu (qui nous manque terriblement).
De quoi s'agit-il ? L'objet ici n'est autre qu'un sujet que vous pourriez traiter, analyser, dont vous débatteriez. Prenons un exemple d'objet dont personne ne parle, l'islam . Admettons que vous en parlez parce que vous pensez connaître un chouia de ses arcanes. Que vous soyez croyant non musulman, musulman, athée ou agnostique, vous aurez toujours un rapport subjectif à l'islam, empathie, antipathie, affects... Quand bien même vous preniez une posture de distanciation, la neutralité n'est jamais acquise. Comme dirait Bourdieu, vous parlez toujours depuis une position. Que faut-il faire pour atteindre un brin d'objectivité? Pour y accéder, il ne suffit pas de lire en long et en large le Coran, ses commentaires savants, ou les recueils volumineux des hadiths du Prophète Mohammad (SAWS), ou même tous mes traités .
Avant de disserter sur votre objet, ici l'islam, commencez d'abord par prendre comme objet d'analyse votre rapport subjectif à l' islam (objectivation du rapport subjectif à l'objet). Il faut vous arracher à toutes vos déterminations, culturelles, sociologiques, religieuses, idéologiques, etc. C'est indispensable pour se défaire de nos pesanteurs qui interfèrent dans notre raisonnement, faute de quoi on tomberait dans le patati patata et frites hallalo-haram. Il vous faudra pour ce faire user beaucoup d'auto-analyse, de réflexivité et d’introspection, vous dés-appartenir, déjouer vos affects qui intoxiquent votre raisonnement en prenant les traits de l’évidence dont il faut vous délester impérativement, vous dés-affecter en quelque sorte de tous les préjugés que vous avez cumulés sur votre objet. Les philosophes appellent ça la suspension du jugement. Et ça n'est pas de la tarte car cette auto-analyse exige un abandon de vos certitudes qui vous caressent en vous enchaînant. Ça n’est pas loin des douze travaux d’Hercule. Cela rappelle l'histoire du baron Münchhausen qui, alors enfoncé jusqu'aux hanches dans le sable mouvant, prétendait s’en être extrait par la force de ses mains en se tirant lui-même par les cheveux. Essayez de vous soulever en vous tirant par les cheveux. Bon courage, encore faut-il être pourvu d'une chevelure samsonienne. Pour moi c’est déjà cuit.
À supposer que vous puissiez réussir l'objectivation de votre rapport subjectif à l'islam, pour autant vous n'êtes pas au bout de vos peines. Cela ne suffit pas pour prétendre à une certaine objectivité. Bourdieu précise que cette objectivation du rapport subjectif à l'objet est nécessaire mais pas suffisante, elle fait partie seulement des conditions de l'objectivité, c’est-à-dire d'autres analyses préalables sont à faire pour remplir les conditions d'accès à l'objectivité, si tant est qu'on puisse d'ailleurs y arriver, car l'objectivité n'est jamais pleine, elle est asymptomatique, vous pouvez l’effleurer en tangente, on se contente de tendre vers elle, un peu comme une fonction en mathématiques qui tend vers zéro quand x tend vers l'infini inatteignable, sauf peut-être dans ... l'au-delà, mais dans ce cas ce serait déjà trop tard.
Mais ne désespérons pas. L'important, c'est de garder à l'esprit ce doute dans l'objectivité, ce souci permanent du frein du rapport subjectif à l'objet pour ne pas imposer son point de vue, ses certitudes, sa vérité comme étant la Vérité, première et unique. La quête importe plus que la prise.
Dans un débat contradictoire, la confrontation se situe très souvent plus au niveau des rapports subjectifs à l'objet que de l'objet lui-même, au niveau des affects, des subjectivités, tant et si bien qu'on s'égare en cours de chemin, et l'objectivité y perd beaucoup de plumes.
Moralité : rester humble et partager sereinement son rapport subjectif à l'objet avec celui de votre contradicteur, s'accommoder du point de vue de l'autre, cela vous donnera peut-être une petite chance de voir mutuellement à l'horizon ne serait-ce que le bout du nez de Mme l'Objectivité à partager avec votre contradicteur.
Moi, je l'avoue, je ne veux pas me contenter du bout de son nez, je veux voir cette jolie dame en entier, éclatante et indubitable. Je m'étais dit, en chercheur de poux sur une tête d'oeuf, quel est, diable, l'objet qui pourrait être traité sans courir le risque de subjectivité qui interdit toute objectivité.
J'ai trouvé : le sexe des anges.

À+


A. Wamara
6 juin 2022