Lettre ouverte aux Kabyles fermés


par Achour Wamara
Septembre 2018
Je n'ai rien dit et vous me haïssez déjà. Qu'à cela ne tienne. J'y vais. Préparez vos bâtons. Mon flanc, si je le prête aux bastonnades à venir, je le protège tout de même avec une épaisse ceinture de paletots ancestraux
Non, je n'exécrerai pas ma souche. Qu'on se rassure. Je la porte dans les stries de ma langue.
Je précise : kabyles « fermés ». Qui se sent morveux se mouche. Aïe ! Faut que je double ma ceinture de paletots, les gourdins arrivent. Car, dira-t-on, il n'y a pas de Kabyles fermés. Circulez. Il n'y a pas non plus de Kabyles exploiteurs, capitalistes, corrompus, racistes, machos, anti-kabyles, djihadistes, etc.
De grâce, n'invoquez pas les victimes des printemps ensanglantés. Qui n'a pas perdu une partie de son âme en les voyant tomber ? Laissons-les tranquilles quand on s'étrille. Ne recourrez pas non plus au relativisme en invoquant les tares des autres peuples, par exemple, juste un exemple pris au hasard, n'est-ce pas : la société arabo-musulmane. C'est petit comme argument.
Du reste, les Kabyles, ne seraient-ils pas musulmans ? Ils seraient tous athées ? Les étincelants et hauts minarets qui surplombent les djemâas seraient-ils des foyers de marxistes-léninistes déguisés en imams ? Que fait la police ? Vite, dépêchons un imam dans chaque village !
Ces peuples autres, qu'on plaint d'être « derrière » nous en modernité, ne faut-il pas avoir pour eux de la compassion et oeuvrer pour que cesse leur oppression de tous ordres ? Un exemple, juste un exemple pris au hasard, n'est-ce pas : la Palestine, la patrie du Hamas, oui ! Je lis des nervis qui affirment s'en foutre comme d'une guigne de ce pays meurtri, au prétexte que les Palestiniens ignorent jusqu'à la situation géographique de la Kabylie et encore moins son printemps noir, ou tout benoîtement parce qu'ils sont Arabes !
Effectivement, les amis, les Palestiniens sont trop occupés à sauver leur peau pour penser à Tizi. Soixante-dix ans de guerre entre David et Goliah. Aujourd'hui, des Palestiniens septuagénaires fêtent leurs anniversaires dans les camps de réfugiés qui les ont vu naître. Ceux-là ont de la chance, car certains des leurs meurent avant de connaître le premier frisson de l'amour. J'entends : « les Kabyles aussi moururent à cet âge en défendant leur dignité ». Qui dit le contraire ? Mieux : ces victimes si lointaines les unes des autres sont objectivement plus solidaires entre elles que les vivants entre eux.
Sans la solidarité avec les autres peuples opprimés, c'est la noyade assurée dans le fleuve pollué de la Soummam légendaire.
Je lis souvent ces phrases stéréotypées : « les Kabyles sont X », « la Kabylie est Y », et vous remplacerez à votre guise les X et Y à la condition que ce soit avec des qualificatifs qui disent toutes les vertus du monde. Tiens, voilà un exemple, juste un exemple pris au hasard, n'est-ce pas : la société kabyle est égalitaire et démocratique. Que tchi ! Qui trouve-t-on dans les assemblées villageoises présentées aujourd'hui comme le nec plus ultra de la pratique démocratique ? Que... des mecs ! Pas même un fantôme de femmes, ouallou. nada, ulac. Pourtant, ces assemblées, ramenées à leur juste échelle, ont la même fonction qu'un Congrès (Parlement et Sénat réunis) où se prennent des décisions qui engagent l'organisation du village.
J'ai vécu enfant pendant la guerre d 'Algérie, je peux vous dire, jeunesse, sans flagornerie, que les hommes étaient nains devant la grandeur d'âme et le courage des femmes. Alors, les filles, investissez ces assemblées à moustaches pour y foutre le bordel. Fatma N'Soumer est morte il y a 155 ans !
J'entends d'ici des clameurs hostiles et indignées : d'où sort-il ce grognon ? Comment ose-t-il affirmer une telle chose ? Il manque de finesse sociologique, il ignore l'inertie de la société qui gêne et entrave ce genre de révolution. Il faut donner du temps au temps, et gnangnans et gnangnans... J'ai donné du temps au temps, Docteur, mais mon mal persiste. Mon téléphone est dans l'annuaire, appelez-moi quand ça arrivera, je suis immortel.

De la part d'un Kabyle qui vous veut du bien !

A. WAMARA