Figue d'Humanité

par Achour Wamara






Cher Ach,

Vous avez récemment commis un texte sur la figue que vous avez encensée au-delà du raisonnable, sans jamais me citer ne serait-ce qu'une fois, moi la figue de Barbarie, l'ancienne immigrée venue du lointain Mexique. Vous n'êtes pas sans savoir que cela relève de la discrimination.
Vous parlâtes de la figue fraîche comme si c'était un fruit noble qui écraserait de sa queue tout le peuple à jus. Qui m'a perfidement affublé de ce nom de "barbarie" ? Peut-être est-ce votre envieuse figue qui supporte mal mon endurance; il est vrai qu'elle toussote de sa feuille à la moindre contrariété du ciel. Mes feuilles ne donnent pas l'ombre de l'hospitalité comme le simule votre chérie bien installée dans ses racines, non, mes feuilles copinent avec le soleil nostalgique.
J'ai vécu sur un sol ingrat, offerte aux caprices des passants qui ne cessent de brandir leur vieille gaule contre moi. Sans ménagement. Depuis, mes grains de beauté se sont hérissés d'épines pour m'en protéger, ils irritent les mains pressées d'en découdre avec moi. Comprend-elle cela votre petite gâtée confiturable ?
Oh je n'opposerai pas à son alcool mon huile rajeunissante qu'elle méprise, sa peau couperosée en dit long sur l'avenir infécond de sa sève de navet.
Qu'elle compte bien mes graines, figatine à tétine, elles croissent chaque jour par milliers, et bientôt elle verra son tronc - qu'elle croit être le socle de tous les vergers - changer de couleur et suinter par toutes ses nervures de mon fruit qui aura subrepticement muté.
Qu'elle compte bien aussi ses jours. Car moi, oui, moi, je ne sèche pas que je sache, je meurs toujours fraîche. Pas de boîte-cachot. Ni de conservateurs que j'exècre à vomir jusqu'à leurs noms.
Je sais d'expérience que peu vous importe mon sort, que l'ingratitude est au coeur de votre système de tri des graines, qui rejette sans discernement les fruits d'autres climats.
Un jour, ni l'humus vanté, ni la feuille exhibée ne se prévaudront de leur ascendance. Les fruits s'apprécieront au seul jus qu'ils feront de leur mélange.
Parole d'une figue d'Humanité !


Achour Wamara,
août 2018.

Lire les Archives -