Kabylaèdes I.



C'est la rentrée !!!! Allons-y !!!!
=========================
Tayaziṭ tettaru, ayaziḍ iqaṛhit uqaṛquṛ-is
(la poule pond, c'est le coq qui a mal au cul).
J'adore ce proverbe kabyle. Je suis un coq. Je m'explique.
On pense à la première lecture que ce proverbe veut nous dire qu'il ne faut pas se mêler des affaires des autres, c'est à la poule d'avoir mal au cul, et non au coq, ou que quand la poule va au charbon, le coq tire-au-flanc ne pense qu'à son derrière, etc. etc. Soit, mais c'est un peu court. Car ce proverbe est polysémique. Qui dit que la poule a mal au cul quand elle pond ? Pas sûr. Du tout. Elle fait ça chaque matin au premier chant du coq. Le coq, lui, dans un sursaut humanitaire (volatilaire?), pense peut-être que la poule a mal au cul et il ressent par empathie la même douleur. Solidarité ? Sinon, on est aussi en droit de se poser la question du pourquoi le coq aurait mal au cul, lui ? Il devrait, au contraire, se réjouir de ce que la poule, généreuse, gratifie les humains d'une bonne protéine. La poule pourrait, si elle était égoïste, aspirer d'un trait son œuf d'un coup de bec pour se restaurer après la ponte éprouvante, ce qu'elle fait d'ailleurs, à sa décharge, en cas de malnutrition.
En vérité, le coq a mal au cul parce qu'il ne peut se retenir de se mêler des affaires des autres, il aurait mauvaise conscience de continuer à cocoriquer pendant que sa soeur de sort empoulaillée comme lui caquette à perdre la voix de douleur. Pour lui, la poule pond pour des cons qui vont disserter sur la manière de faire cuire et consommer le produit qu'elle a fabriqué avec soin, et sans rétribution autre que le grain qui est parfois bon marché. Et ça le fout mal, le coq hardi.
Oui, il faut se mêler des affaires des autres, parfois y compris privées (femme battue par son conjoint ou homme battu, j'en suis un !).
Il faut avoir mal au cul quand on voit trimer ses semblables pour des prunes.
On m'objectera que la poule s'en bat les c... (sauf votre respect). Qu'à cela ne tienne, le coq empathique peut avoir mal au cul sans même en informer le poulailler. C'est une posture éthique de l'indigné-E. Le coq est ici soucieux de ce qui arrive aux autres. C'est un-E syndicaliste, un-E militant-E, un-E politique au sens noble du terme.
Ce qui m'amène à parler de l'énigme de l'oeuf et de la poule...ou plutôt non. Je m'égare.
Je retourne rejoindre mon perchoir.

A. Wamara, septembre 2020,
chambre 40, pavillon des Allumés.