La gégène ne gêne plus !

par A. Wamara


L'OAS s'est invitée ce mardi 28 juin à l'assemblée nationale française par le doyen lepéniste de l'Assemblée, José Gonzalez, à qui il revient en vertu du règlement d'ouvrir la première séance de la nouvelle mandature. C'est avec un rictus vindicatif et l'émotion d'un bourreau dépité de ne pas avoir achevé sa victime qu'il rend hommage, sans les nommer, aux spécialistes de la gégène. Tonnerre d'applaudissements dans l'hémicycle du côté des rangs RN et pas que ! En ces temps où la majorité absolue est devenue le Saint Graal à l'assemblée, un fasciste équivaut à une voix, foin de prêchi-prêcha républicain
. Gonzalez a précisé aux journalistes que Jean-Marie Le Pen a validé son discours avant qu'il le prononce à l'assemblée. L'héritage est assuré. Le tortionnaire aura transmis ses gènes de la gégène.
Chose étonnante (non, pas étonnante), Gonzalez a, en guide touristique bien informé, confié aux journalistes que les Algériens se languissent aussi de l'Algérie française : "Venez avec moi en Algérie, les a-t-il apostrophés, je vais vous trouver beaucoup d’Algériens qui vont vous dire 'quand est-ce que vous revenez, vous, les Français ?'”»
Oui, c'est vrai, après le père mitraillé, l'oncle fusillé, la grand-mère napalmée, le neveu explosé, il reste encore le frère et la soeur qui vous attendent les bras grands ouverts à soumettre à la gégène avant la corvée de bois.
Rassurez-vous, Mr Gonzalez, l'Etat algérien s'en occupe. C'est un de nos butins de votre guerre.


A. Wamara
Juin 2022