Non bis repetita !

par A. Wamara
9 avril 2022


Dimanche soir, après les résultats du 1er tour, dans le cas d’un duel Macron-Le Pen, les électeurs de sensibilité de Gauche qui n’auront pas voté Mélenchon l’auront fait objectivement pour l’extrême-droite.
Car, aussi légitime que soit la candidature des prétendants étiquetés à Gauche, aussi défendable soit leur droit à exprimer leurs choix de société à travers leurs programmes, aussi incertains soient les sondages d’opinions qui les donnent largement vaincus, ils savent sciemment que ces candidats n’accéderont pas au deuxième tour au vu de leurs scores pour le moins excessivement faibles. La gravité et l’exceptionnalité de la situation, la responsabilité et le bon sens de l’intérêt collectif voudraient donc que ces candidats se désistent en fin de campagne au profit du candidat de Gauche plus à même de l’emporter au moins au premier tour, en l’occurrence Jean-Luc Mélenchon.
En dépit d’un débat sans réelle confrontation entre candidats, des médias quadrupèdes, d’un Président lâche qui a préféré jouer des claquettes devant Poutine plutôt que de défendre le quinquennat des plus méprisants, les candidats dits de Gauche ont pu sinon su, nolens volens, présenter leurs programmes et exprimé leurs singularités quant à leurs choix de société. Nous les avons écoutés et compris. Hélas, ils ne se sont pas désistés en cette fin de campagne. Logique de parti et de personne oblige, ils auront joué en quelque sorte à qui perd gagne au détriment d’un possible changement sans toutefois croire en un eldorado.
Gageons que dès dimanche soir, on entendra la Gauche molle et carriériste pousser des cris d’orfraie et appeler de concert avec la droite « républicaine » à faire barrage à l’extrême-droite raciste, fasciste, xénophobe, anti-sémite, anti-anti... Pour couvrir leur trahison, ils sauront trouver d’autres qualificatifs inacceptables qu’ils ne connaissaient pas avant dimanche, n’est-ce pas. Bis repetita.
On sait, dans ce cas, qui gagnera : l’arrogance, la suffisance, la finance, l’achèvement des riens de la gare…
Non bis repetita !


A. Wamara
9 avril 2022