L'âne "s'en bat ..."

par Achour Wamara



Mon âne me manque. Il s'est éteint après une dure vie de labeur. Il était gentil et dévoué, très serviable, jamais un braiement de trop. Je n'ai jamais compris pourquoi l'insolent bipède l'a érigé en totem de la bêtise, il voit la paille dans l'oeil de l'âne mais ne s'aperçoit pas qu'il a une poutre dans le sien (merci Jésus). J'espère qu'Allah a bien accueilli mon âne dans son vaaaaaaaste paradis. À ce qu'il paraît, malgré la vastitude de ce lieu tant convoité, il est déjà plein à craquer. Si en plus mon âne devait se serrer pour y trouver une place, c'est la fin des ... bourricots !!
Oui, il n'y a pas d'âne heureux (je pastiche Aragon). Enfin, pas tout à fait, l'exception confirme la règle, car il y a des ânes très déterminés qui usent fort bien de leurs ruades pour s'offrir un paradis sur terre tout en faisant la promotion d'un au-delà féerique. C'est bien donc que pour eux "le vin d'ici est meilleur que l'eau de là" !!!, (c'est une plaisanterie que j'ai trouvée inscrite sur une affichette dans un bar qui sert du mojito à trouer la panse de mon âne ingénu qui, je le jure sur la tête de mon lapin castré, n'a jamais touché à l'alcool !).
My sympathetic âne n'a jamais rué non plus, et c'est bien là son grand malheur. Sa croupe toujours en sang en témoignait. Je m'en veux de ne pas l'avoir protégé de ses lâches tourmenteurs. Je lui ai à maintes reprises conseillé aux deux oreilles d'aller prendre leçon chez ses congénères plus futés (oui, je parle à l'oreille des ânes comme d'autres parlent à l'oreille des chevaux ou des cochons). Il secouait à chaque fois sa tête en guise de niet. Il ne mange pas de ce foin-là, avait-il l'air de me dire. C'est mon âne tout craché. Il a ses principes. Beaucoup de ses semblables se bousculent au portillon à la moindre distribution de foin. Mon âne, c'est niet. D'ailleurs, je ne vous l'ai pas dit, je m'en excuse, il s'appelle Aniette, un nom féminin pour un âne, ça fait transgenre et j'aime bien, ça me plaît de rabattre le caquet à tous les malades de la virilité masculine.
Ce que je regrette pour la race asine, c'est d'être dépourvue de cornes. On dit que Dieu l'en a privé car il sait de quoi elle est capable avec une telle arme. Dieu est injuste. Je le confirme. Il a distribué inégalement les armes à ses créatures, certains doivent se battre plus que d'autres pour une place au soleil. C'est pourquoi j'ai choisi à l'instar des pharaons un dieu-soleil. C'est plus sûr de se servir directement dans le rayon.
Comprenez donc que le délire que vous venez de lire soit l'effet d'une insolation.
Merci de votre compréhension

A. Wamara,
20 août 2019