Entre Algérides et Algériades

par Achour Wamara



Entre Algérides et Algériades. Je doute, mes amis. Qu'on me le pardonne. Le désenchantement a maintes fois pointé à l'aube pour ternir mon réveil que j'ai à chaque fois espéré enchanteur !
J'hésite entre les larmes d'une joie débordante et le qui-vive d'un suricate devant une colonie de cobras. J'ai le pressentiment qu'une armée de snipers attend sur les toits.
Que chariatans et charlatans nous rassureront en nous offrant volontiers leurs mues à écharper pour s'autoriser à renaître sous une nouvelle peau.
Certes, l'optimisme s'impose, mais il doit rester le fidèle conjoint du pessimisme à l'oeil torve d'un chien faux-dormant.
Oui, avec vous, je chante, je danse, et je fais "dégager" le nid de guêpes. Mais sans piqûres, s'il vous plaît.
On nous a plusieurs fois tués. Depuis Okba et Bugeaud...et leurs héritiers.

A. Wamara, mars 2019