Pelures de pleurs

par Achour Wamara



La vie d'abord.
Au-dessus de tout.
Celle d'autrui avant celle des miens.
S'armer d'humilité pour oublier ses victimes.
Rester digne devant l'autre mort.
Par la compassion.
Par le partage du deuil.
Mes morts orphelins de larmes et de sépultures s'inclinent devant tous les morts qu’ils drapent de fleurs, quand leurs bouchers respectifs se rejoignent au dîner pour ramasser les pelures des pleurs.
Nos voix portent plus loin que toutes les détonations.
Elles sont plus mélodieuses que les hymnes nationaux, plus rassembleuses que les chants de guerre.
Nous sommes plus proches que ne le croient les semeurs de leurres.
Nous sommes plus colorés que les drapeaux.

Achour Wamara, 16 novembre 2015