Réagissez !

Les dictatures arabo-musulmanes et la leçon irakienne


Les anti-guerre ont, en ce neuf avril 2003, la mine défaite devant le spectacle que nous ont offert les Irakiens.
Quel gâchis !
Que penser des pillards qui, toute honte bue, ont dérobé les médicaments à même les lits des blessés ?
Que penser de ces fleurs offertes aux soldats américains qui venaient de torpiller l'Hôtel Palestine ?
Que penser aussi des Latino-américains (réveille-toi! Che!) qui s'enrôlèrent dans cette guerre pour obtenir une carte de séjour ?
Comment croire que des Irakiens affamés pendant plus de douze ans par les USA puissent à ce point accueillir les coallisés comme des libérateurs ? Va pour les chiites et les Kurdes, les premiers moulus et les seconds carbonisés par Saddam Hossein.
Et les autres ?
Il serait inconvenant et injuste de jeter l'anathème sur le peuple irakien qui, sans conteste, déçoit les opposants à cette guerre. Mais cette situation piteuse, nous la devons d'abord aux rois et dicatateurs arabes qui confinent si longuement leurs peuples dans la terreur et la misère que ceux-ci pactiseraient avec le diable pour s'en débarrasser.
C'est une vérité, les peuples arabes vomissent leurs dirigeants quand bien même les acclament-ils dans la liesse : qui ne peut mordre une main l'embrasse. Voilà le baiser forcé qui se transforme en morsure empoisonnée!
Les images des crachats sur la statue de Saddam Hossein n'ont pas dû passer inaperçues dans les palais luxueux arabes.
Les armées des dictatures arabes ont montré une fois de plus leur lâcheté baveuse au vu et au su du monde entier.
Non, la garde républicaine irakienne n'est pas venue offrir sa poitrine pour protéger les civils. Pis: ils firent des civils leurs boucliers avant de s'éclipser comme des maraudeurs. ça plastronne devant le peuple qu'ils savent bien mettre en joue, et ils ne s'en sont pas privés, mais dès qu'ils doivent passer au charbon, faire leur travail, ce pour quoi ils sont grassement payés, les voilà qu'ils abandonnent le bateau sans crier gare, sans même se retourner. D'un dégoût!
Que faire maintenant ? Quelle position prendre devant la force brute des Etats-Unis qui s'en gargariseront ad aeternum ?
Il ne tient qu'aux Arabes, s'il ne veulent pas réitérer l'humiliation irakienne, de chasser par eux-mêmes leurs dictateurs...
Du Maroc à la Mecque!


Achour Ouamara (avril 2003)
Lire les Archives