La détenue politique hors radars.

par Achour Wamara



On a toujours le réflexe, en défendant un détenu politique Tartempion, d'écrire "Tartempion et tous les autres détenus politiques". Faute de tous les citer on est obligé de n'en désigner que quelques-uns. Lesquels ? C'est là que le choix peut s'avérer discriminant, car ces détenus sont tous injustement incarcérés pour avoir exprimé sans violence leur opposition au pouvoir politique sur tel ou tel sujet, qu'on soit ou non d'accord avec leurs opinions.
Le choix de médiatisation d'un détenu ne dépend pas de l'injustice dont il serait l'objet plus que les autres, il est déterminé par le réseau de sympathies et de solidarités que son incarcération aura suscitées. On comprend pourquoi les journalistes en particulier, de par les canaux qu'ils peuvent mobiliser (radio, TV, presse écrite, internet) sont beaucoup plus efficaces à défendre leurs collègues que nos piqûres de mouches du coche qui irritent plus qu'elles n'ébranlent l'hydre algéricide.
Ce choix est aussi déterminé par l'importance du combat que menait le détenu politique dans sa vie publique. Hélas, il est des combats qui sont jugés moins nobles que d'autres. C'est là qu'on décèle une faille dans la défense des détenus politiques : quel combat vaudra au détenu une défense avec levée de boucliers médiatique et intellectuelle ? Il semble que le combat du CMA* dont Kamira Naït Sid est vice-présidente soit le parent pauvre de ces préoccupations. Sans doute soupçonne-t-on actuellement toute revendication amazighe de connivence avec le MAK** que l'article 87-Bis qualifie injustement de terroriste, ce qui explique en partie la mise hors radars médiatiques de certains détenus, dont Kamira, quand bien même plaideraient-ils non coupables de cette appartenance au MAK.
Ce qui est sûr, c'est qu'en Algérie, le combat amazigh, sous quelque forme qu'il se décline, est en passe de devenir la guerre de trois mille ans (et non plus de deux !), un véritable travail de Sisyphe en ces temps d'omerta et de régression politique sur tous les plans.
Alors, je pointe mon radar fait maison pour que Kamira sache que les mouches muent en scorpions, et lui souhaiter une année 23 empoisonneuse de ses geôliers.
_________________________________________________________
* CMA : Congrès Mondial Amazigh
** MAK : Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie



A. Wamara
7 janvier 2023