IQTA

par A. wamara



Tout le monde connaît l'OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), surtout les migrants en quête d'un ciel clément. L'Assemblée Nationale française la "marine" actuellement afin, nous dit Moussa Darmanin, de "mieux intégrer et mieux expulser" (sic). Comprend qui voudra ce que veut dire "mieux expulser". C'est quoi, par exemple, "mieux tuer" ? Je ferme la parenthèse, car je veux parler ici de l'IQTA (Interdiction de Quitter le Territoire Algérien) pour certains ressortissants algériens qui ont eu la mauvaise idée d'aller se ressourcer chitoh au bled comme on dit. Si les Algériens qui vivent au pays pèsent chaque mot qui cible le pouvoir sous peine de risquer perpète ou la condamnation à mort, ceux qui résident à l'étranger, et qui "l'ouvrent", sont attendus de pied ferme à l'aéroport, à l'aller ou au retour.
Du coup, certains d'entre eux ont choisi de tirer un trait sur l'Algérie tant que le régime en place dictatorise impunément. Les algériens de là-bas paient leur liberté d'expression par l'incarcération, ceux d'ici la paient par la privation de revoir "la familia".
C'est ainsi.
il faut juste garder à l'esprit que ceux qui se préservent d'une condamnation en gardant le silence n'en pensent pas moins. Le pouvoir politique le sait, instruit par l'expérience de l'éruption du Hirak. La marée haute vient après la marée basse. D'où sa fébrilité. Il perd son sang froid. Il condamne à tour de bras. Il panique. Il chancelle. Il va tomber. Inutile d'invoquer inchallah. Ses jours sont comptés.
Optimiste ? What else ?


A. Wamara, 6 décembre 2022