²²²²² Chroniques presques sérieuses - - wamara

Faut pas non plus exagérer...

par A. Wamara
2 octobre 2023



"Je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas".

Je ne sais pas où Tonton Brel va chercher ses perles, sûrement pas au Sahel, parce que ça m'intéresse en ces temps de canicule chronique, pas pour m'attirer les faveurs de mon hésitante, c'est pour en tirer des larmes à pluire sur ses yeux révolver qui m'ont tué mille et une fois. Ça c'est fortement fort poétique.
Y a pire, jugez-en : "je t'aime aujourd'hui plus qu'hier et je t'aimerai demain plus qu'aujourd'hui". Là, ça me laisse perplexe. Va pour "je t'aime aujourd'hui plus qu'hier", c'est un sentiment qu'on peut éprouver, mais soutenir qu'on peut aimer un être demain plus qu'aujourd'hui, c'est aller un peu vite en besogne. Du reste, si on déclare à l'être aimé qu'on l'aime beaucoup moins aujourd'hui que demain, ça le chagrinerait de savoir qu'on ne l'aime pas encore assez.
Et puis, qui peut jurer la main sur la Bible et le Koran que la courbe de l'amour est ascendante, quoi qu'il en "crotte" dans la vie ? Permettez-moi d'en douter.
Comme on dit, faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, faut donc pas déclarer sa flamme avant d'en avoir été brûlé.
Ne serait-il pas plus prudent de dire "demain, je t'aimerai différemment qu'aujourd'hui ?" Ce qui n'enlève en rien à la qualité de l'amour, c'est juste qu'on change de courbe qui prend une allure défiant toute équation.
Non que j'adhère à l'affirmation trop générale que les histoires d'amour finissent mal en général, mais il faut laisser une petite porte au cas où... on se veut, on s'enlace, on s'en lasse et on s'en veut (c'est pas de moi, c'est un proverbe chinois). Combien d'histoires commencées dans la béatitude pour finir en pugilat, juge et avocat, et garde alternée pour des mômes qui n'ont rien demandé. Et bonjour les dégueudégâts. On sait qu'en matière de "couplage", à vingt ans on "démesure", à 40 on s'assure, à 60 et plus on se rassure (ça c'est de moi, c'est tout ce que j'ai pu trouver comme rime, pardon je rame).
Si malgré tout ça on continue à se tenir la main en longeant un ruisseau ruisselant dans l'harmonie du soir de la vie, une nuit de Saint-Valentin autour d'un feu feufant, c'est que c'est un amour maous costaud. Ça existe plus que l'on croit. Ces amours forts et tranquilles sont invisibles aux aveugles du coeur.
Alors, dépités d'amour de tous les pays, n'hésitez pas, bonheurez-vous jusqu'à plus soif avec les perles de Jacques...




A. Wamara
2 octobre 2023