Amazighophobie !

par Achour Wamara



La non autorisation des manifestations culturelles en Kabylie, du moins celles qui ne sont pas en odeur de saintenté auprès du pouvoir politique algérien, ajoutées aux interdictions de sortie du territoire national faites à certains intellectuels et artistes jugés trop "amazighistes", laissent à penser que rien n'arrêtera ce régime dans sa détermination à rogner les acquis de l'amazighité hors folklore.
Il n'est pas exagéré de dire que c'est un pouvoir amazighophobe, à en juger par sa peur panique et ses réactions démesurées contre toute opinion qui remet en question son dogme du Tout-Unique. Cette phobie est à son comble quand il s'agit du MAK* qui lui sert de prétexte faussement légal pour se complaire dans ses dérives et tirer à vue sur tout ce qui tente d'amazigher ce qui reste encore d'amazighable.
Il faut se rendre à l'évidence que cette situation est rendue possible par une sorte de nonchalance de beaucoup d'Algériens qui restent encore dans l'expectative sur la question amazighe, ou qu'ils s'en moquent comme de l'an quarante.
À ces frères algériens, je leur rappelle qu'ils ont une langue maternelle. Je leur dis : si vous voulez défendre totalement et sans bémol la mienne, lutter pour sa reconnaissance totale, entière et effective, et ne pas se contenter de la reconnaissance symbolique et vite oubliée de la Constitution, demandez conseil à votre mère qui en connaît un rayon sur la sienne.
Affectueusement.
Assegwas ameggaz
_______________________________
* MAK : Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie



A. Wamara
11 janvier 2023