Dilemme mortel !



Je vous soumets ce dilemme qui ébranle les consciences. Il est des situations où choisir une chose ou son contraire engage toute votre âme et vous pousse dans vos derniers retranchements, et aucun échappatoire n'est possible, car il faut impérativement choisir.
J'emprunte un exemple de telles situations à André Gide (Les faux monnayeurs). Je résume. Un bateau a fait naufrage (c'est une rescapée qui raconte ce qui s'est passé dans un canot de sauvetage) :
- Dans ce canot, nous étions, entassés, une quarantaine, après avoir recueilli plusieurs nageurs désespérés, comme on m'avait recueillie moi-même. L'eau venait presque à ras du bord. J'étais à l'arrière et je tenais pressée contre moi la petite fille que je venais de sauver, pour la réchauffer et pour l'empêcher de voir ce que, moi, je ne pouvais pas ne pas voir : deux marins, l'un armé d'une hache et l'autre d'un couteau de cuisine; et sais-tu ce qu'ils faisaient ?... Ils coupaient les doigts, les poignets de quelques nageurs qui, s'aidant des cordes, s'efforçaient de monter dans notre barque. L'un de ces deux marins [...] s'est retourné vers moi qui claquais des dents de froid, d'épouvante et d'horreur : "'s'il en monte un seul de plus, nous sommes tous foutus. La barque est pleine".

Et vous ? Quelle serait votre réaction si vous deviez faire un pareil choix : sacrifier quelques personnes pour en sauver beaucoup d'autres, ou se refuser à attenter à la vie d'autrui quel qu'en soit le prix humain ?
Dilemme classique qui vaut un sujet de philo à l'agrégation.

A vos plumes donc !
En vous remerciant.

A Wamara
11 juillet 2019